La santé du boxer

Toutes les informations sur les problèmes de santé du boxer

Chien de moyenne taille au physique bien particulier, le boxer, en plus d’être connu comme l’un des meilleurs chiens de garde du monde, est un super chien de compagnie au caractère extraordinaire. Si son éducation est bien menée, c’est un chien de famille adorable, courageux et fidèle, avec lequel vous être sûrs de ne jamais vous ennuyer. A l’ossature puissante et à la musculature bien développée, il peut paraître solide et robuste, alors que c’est un chien dont la santé est à surveiller de très près. Vous avez un boxer ou vous souhaitez en acquérir un, et vous vous demandez ce qu’il en est de la santé de cette race au tempérament unique ? Faisons le point !

Le boxer : quels sont les problèmes de santé fréquents ?

Un boxer allongé et fatigué

Avec une espérance de vie d’une dizaine d’années, il fait partie des chiens à la santé fragile, qu’il faut surveiller minutieusement. Voici quelques affections fréquentes chez cette race à l’allure si solide, et à la santé si vulnérable.

Les problèmes respiratoires

Par son chanfrein court et ses narines aplaties, le boxer est particulièrement sujet aux affections respiratoires, notamment au syndrome d’obstruction des voies respiratoires supérieures. Il est très sensible aux grosses chaleurs, il faut donc éviter de le laisser trop au soleil, et toujours lui permettre de trouver un coin d’ombre lorsque vous le laissez dans votre jardin.

Les problèmes cardiaques

Selon une étude publiée dans « The Veterinary Journal » en 2009, 13% des boxers sont atteints de cardiopathies, notamment de sténoses aortiques ou pulmonaires. Il s’agit d’un rétrécissement au niveau des valves cardiaques, qui ne s’ouvrent pas assez et ne permettent donc pas au sang de passer correctement. Le cœur doit faire un effort plus important pour tenter de fonctionner normalement, et parvient à compenser cette anomalie pendant un temps. Au bout de quelques années, il finit par s’user, et c’est alors que nous apercevons les premiers symptômes, parmi lesquels l’essoufflement à l’effort si caractéristique de la race. Si vous souhaitez des informations plus précises sur ce soucis de santé fréquent, vous pouvez vous reporter à cet article pédagogique et très complet.

Les problèmes articulaires

Il n’est pas rare d’observer des boxers souffrant d’arthrose, et notamment de spondylose. Cette maladie dégénérative s’attaque principalement aux articulations au niveau de la colonne vertébrale, et se développe souvent de façon très subtile et discrète, avant de laisser apparaître certaines raideurs lors des déplacements du chien. Dans de nombreux cas, tant qu’aucun nerf ne se trouve comprimé, votre boxer ne souffrira pas de cette pathologie.

Les problèmes de peau

Plusieurs maladies de peau peuvent affecter ces chiens au museau aplati, avec des degrés de gravité différents. La démodécie canine, due à l’infestation des follicules pileux par un parasite appelé Demodex Lanis, entraîne d’importantes pertes de poils, souvent accompagnées de nombreuses pellicules. Si la prise en charge est effectuée à temps, il n’y a pas de risque vital pour le boxer, mais le traitement est long et contraignant.

Egalement fréquente, la dermatite pyotraumatique correspond au développement, souvent estival, de plaques surinfectées qui grattent fort le chien, et pour laquelle il est important de trouver la cause sous-jacente.

Les problèmes digestifs

L’Histiocytaire Colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire de l’intestin se retrouvant quasi-exclusivement chez cette race. Elle est caractérisée par le développement d’ulcères sur la muqueuse du gros intestin, provoquant de fréquentes diarrhées, et pouvant être améliorée par la qualité de l’alimentation.

Autre maladie génétique, les boxers souffrant de sténose pylorique présentent un rétrécissement du pylore (entre l’estomac et l’intestin grêle) du à l’épaississement des muscles, et vomissent presque systématiquement après avoir mangé, ce qui ne leur permet jamais d’atteindre un poids de forme.

Parmi les troubles digestifs communs, il est également important de mentionner le syndrome de dilatation torsion d’estomac (SDTE). Très douloureux pour le chien, cette affection se manifeste par la dilatation de l’estomac rempli de gaz, de liquide ou d’aliments, et peut se compliquer par une torsion de celui-ci. Cette pathologie engage le pronostic vital et l’intervention d’un vétérinaire d’urgence est indispensable, souvent accompagnée d’un acte chirurgical.

Comment faire pour avoir un boxer en bonne santé ?

Un boxer en bonne santé qui court sur la plage

L’alimentation

Il faut rester prudent avec l’alimentation pour conserver un boxer en bonne santé, car il est particulièrement gourmand. La ration quotidienne varie selon l’âge, le poids, l’activité physique et l’état de santé de l’animal, mais il vaut mieux la lui donner répartie en 2 ou 3 fois dans la journée. Des gamelles anti-glouton existent pour permettre au chien de manger plus lentement, et d’améliorer la digestion. Après chaque repas, il est important d’éviter toute activité physique, afin de réduire le risque de retournement d’estomac évoqué précédemment.

Trois grands types d’alimentation sont possibles : la nourriture industrielle, la ration ménagère, ou le « BARF ». Adoptée par 80% des propriétaires, la nourriture industrielle type croquettes ou pâtées est pratique et offre une certaine garantie en termes de besoins nutritionnels, mais attention à bien choisir ce que vous offrez à votre chien car la qualité des produits est très variable selon les marques. Il est également possible de préparer soi-même les repas de son chien, en veillant à ce qu’ils soient adaptés au régime carnivore non strict de l’animal et ainsi préserver sa santé. Parlez-en à votre vétérinaire pour être sûrs qu’il ne manque de rien. Variante de la ration ménagère, l’alimentation « BARF » consiste, pour résumer très brièvement, à considérer la nature biologique du chien et à lui fournir une alimentation à base de viande crue, d’os charnus, d’abats, de légumes et d’un peu d’huile.

Entretien et hygiène

Le boxer est un chien facile d’entretien, qui ne demande pas d’attention particulière de ce côté-là. Il perd généralement peu ses poils, surtout si vous lui accordez un brossage régulier avec un gant ou une brosse adaptée. Le brosser deux fois par semaine, et le laver une à deux fois par an avec un shampoing doux semble être un bon compromis pour faire briller votre compagnon, sans le fragiliser en retirant la couche de sébum qui protège sa peau.

Conditions de vie

Véritable chien d’extérieur qui peut dormir dehors sans problème, même l’hiver avec un abri adapté, n’oubliez pas que le boxer est un chien sociable qui préférera toujours la compagnie de ses maîtres à la solitude. Il apprécie la vie en intérieure, et s’adapte sans problème à une vie en appartement, tant que son grand besoin d’exercice physique est respecté. Seul petit bémol à la vie des boxers à l’intérieur : leur tendance à baver qui, même si on leur pardonne, est quelque peu salissante, surtout chez les mâles.

Quand aller voir le vétérinaire ?

 Un chien chez le vétérinaire

Les visites de routine

Parmi les responsabilités des propriétaires de chien, la vaccination se trouve évidemment en première ligne. Après la primo-vaccination du chiot, des rappels annuels sont recommandés pour conserver un chien en bonne santé. Cette visite annuelle chez le professionnel de santé des animaux lui permettra de vérifier l’état général de votre chien, son poil, ses dents, et de faire un point avec vous sur l’alimentation et la vermifugation.

En effet, en plus du vaccin, il est essentiel de vermifuger l’animal selon les recommandations vétérinaires. Souvent, ils préconisent une vermifugation tous les 15 jours de la naissance à 2 mois, puis une par mois jusqu’à 6 mois, avant d’adopter un rythme de 3 à 4 vermifuges par an pour un chien adulte. Enfin, de nombreux produits existent pour débarrasser votre ami à quatre pattes des nombreux parasites qui peuvent se balader sur ses poils et nuire à sa santé. Puces, poux, tiques… Votre vétérinaire saura vous indiquer le produit qui convient le mieux pour éliminer totalement toutes ces petites bêtes.

Quand s’inquiéter ?

Certains signes évidents (perte/prise de poids importante, refus de s’alimenter, fortes diarrhées, difficultés à respirer…) devraient vous alerter et vous pousser à aller voir votre vétérinaire en urgence pour vérifier l’état de santé de votre chien. Mais n’oubliez pas que, au-delà de ces signes, vous êtes celui qui connaît le mieux votre boxer, et donc le plus apte à vous rendre compte qu’il ne va pas bien. Au moindre doute, n’hésitez pas à passer un petit coup de fil, il est préférable de vous inquiéter pour rien que de laisser traîner vos inquiétudes et finir par mettre en danger votre petit protégé.